Des Jeux pour le sport

Nous venons de connaître une période d'élections où malheureusement le sport aura été singulièrement absent des professions de foi des différents candidats (dans ma circonscription le terme « d'éducation physique » a été utilisé 1 fois par un seul candidat sur 12 !! Quant au terme sport … !!).

La journée olympique et paralympique du 23 juin a cependant marqué l'intérêt de beaucoup pour la candidature de Paris. Certes il ne s'agit pas d'être naïf : pour certains l'organisation de cette manifestation ne représente en fait qu'un moyen de communication au même titre que n'importe quelle manifestation d'importance mondiale, ou qu'un moyen de générer de l'activité économique supplémentaire indépendamment du caractère spécifique des Jeux et des valeurs qu'ils portent. Il revient dans ce contexte au mouvement olympique et sportif de mettre tout en œuvre pour que l'objectif visé soit avant tout le développement de la pratique sportive qui dépasse le caractère éphémère de ce grand rassemblement souhaité.

C'est aussi dans ce contexte que le mouvement sportif est appelé à sa réorganisation dans le cadre notamment de la loi NOTRe. Le processus de fusion des ligues et comités régionaux est aujourd'hui largement engagé dans la convivialité dans certains cas, dans la douleur dans d'autres, dans une réelle volonté de travail en commun ou à l'inverse dans le souci de conserver autant que possible les anciens découpages (fiefs ?). Quel que soit l'état d'esprit qui puisse dominer, la nouvelle organisation est cependant sans retour et c'est d'ailleurs l'impérieuse volonté des pouvoirs publics.

Pour ce qui concerne les 3 CROS de la Nouvelle-Aquitaine, le processus de fusion est largement engagé pour une fusion absorption que doivent approuver les comités directeurs respectifs fin septembre et les assemblées générales le 2 décembre.

Il convient cependant d'ores et déjà que les ligues et comités régionaux engagent leur réflexion sur la désignation de leur candidat représentant éventuel au futur CROS que ce soit dans le bureau exécutif dont la répartition des attributions est établie par la feuille de route du CNOSF (sport-santé, professionnalisation…) ou dans le conseil d'administration.

S'agissant d'un scrutin de liste pour le bureau, il relèvera de la (ou des) tête(s) de liste de composer son (leur) équipe en répondant selon son (leur) choix aux sollicitations que les ligues lui (leur) feront éventuellement. La disponibilité et la réelle volonté d'apporter ses compétences dans les domaines préconisés (imposés) par le CNOSF qui feront l'objet de la création de centres d'expertise doivent être des critères déterminants pour contribuer à faire du CROS Nouvelle-Aquitaine un élément moteur du développement et la pratique sportive.

Georges JACOBS,
Président du CROS Poitou-Charentes

Vos services Com'

Offres d'emplois

Formation

Service Civique & Sport

Annuaire du sport

Magazine